Seijin no hi


seijin-no-hi.jpg

 


seijin-no-hi-1-1.jpgLe Seijin no hi (成人の日) est la fête de la majorité civile qui se déroule annuellement le second lundi du mois de janvier au Japon.

Le Seijin no hi tire son origine d'une cérémonie traditionnelle issue de la classe des samouraïs et nommée Genpuku (元服) qui remonte au VIIIème siècle. Les jeunes garçons âgés de 12 ans (ou plus largement entre 11 et 17 ans) arboraient à cette occasion leurs premiers vêtements d'adultes et abandonnaient leur coiffure enfantine. Une version féminine équivalente nommée Mogi (裳着) était quant à elle, réservée aux jeunes filles de 12 à 14 ans.

En novembre 1946 dans la préfecture de Saitama, un jeune homme du nom de Shoujirou Takahashi organise un festival afin de remonter le moral des jeunes dans un Japon dévasté par la guerre. Cette initiative qui porte ses fruits à travers tout le pays, est rapidement adoptée en tant que fête nationale par le gouvernement à partir de 1948 et est ainsi placée au 15 janvier. Cependant, sa date est redéfinie en l'an 2000 pour le second lundi de janvier lors du Happy Monday System (ensemble de réformes visant à modifier les dates des fêtes et des jours fériés pour créer des week-ends de trois jours).

De nos jours, la célébration du Seijin no hi a essentiellement pour but de marquer le passage au statut d'adulte et d'insister sur les responsabilités morales et légales qu'il apporte à travers le caractère public et obligatoire de l'évènement. En effet, si l'achat de cigarettes et la consommation d'alcool sont autorisés par la loi à partir de la majorité, ils vont toutefois de pair avec le droit de vote et d'importants devoirs civiques.

La cérémonie est appelée Seijin Shiki (成人式) et se déroule au cours de la matinée dans les bureaux locaux de la ville ou les lieux publics (salle de spectacles, palais des congrès, gymnase, etc.), aux seins desquels les jeunes japonais sont conviés. Assis en rang devant une grande scène, ils assistent aux discours des représentants du gouvernement et de plusieurs adultes qui témoignent de leur rôle dans la société et les encouragent à y trouver une place. Certains jeunes prennent également le micro et c'est parfois le moment d'un petit spectacle collectif (chant, danse). Après une distribution éventuelle de petits présents à leur attention, la signature de papiers administratifs attestant leur présence à la cérémonie ainsi qu'une photo de groupe officielle sont effectuées. Il est intéressant de noter que si la majorité civile est actuellement accordée à 20 ans au Japon, tous les Japonais n'ont cependant pas cet âge lors de leur Seijin Shiki. En effet, certains ne sont âgés que de 19 ans car seuls participent ceux dont le 20ème anniversaire tombe entre le 2 avril de l'année précédente et le premier avril de l'année en cours.

Pour l'occasion, de nombreuses familles font appel aux services d'habilleurs professionnels et louent des kimonos pour la journée. L'achat d'un ensemble neuf et complet avoisine les 10 000 € et représente une dépense trop importante pour la moyenne des Japonais. Seule une minorité bourgeoise achète le premier vrai kimono d'adulte à leur enfant et font remarquer ainsi leur statut social au milieu de la foule des participants. Plus rarement, il arrive que les Japonaises ressortent l'ancien kimono familial si ce dernier est encore en bon état. Tout comme le Shichi-go-san et le Miyamairi, la fête de la majorité civile est le moment de prendre la pose dans les studios de photographie professionnelle.

Les jeunes filles vêtues d'un furisode et d'un châle en fourrure blanche caractéristique de l'évènement, déambulent ainsi apprêtées dans les rues, entourées de leurs amies. Chacunes arborent un noeud d'obi complexe dont la forme suit parfois la tendance actuelle, dictée par les magazines spécialisés de Kitsuke. Le port du kimono aux longues manches accentue leur statut de célibataires et les présente comme promises au mariage. Les jeunes hommes préfèrent quant à eux le costume occidental aux couleurs sombres, accompagné d'accessoires et de cheveux stylisés. Aujourd'hui, rares sont ceux qui choisissent l'ensemble traditionnel masculin, devenu trop inconfortable et mal adapté à la situation festive de la journée. Car c'est effectivement aussi l'occasion de boire son premier verre d'alcool en public, scellant les relations amicales et menant parfois jusqu'à l'ivresse.

Avant ou après la cérémonie, de nombreux jeunes Japonais prennent volontiers la pose en petit groupe devant l'objectif des photographes et autres touristes curieux. La fin de l'évènement est fêté en famille et entre amis. Pour les parents et les grands-parents, c'est souvent le moment d'offrir des cadeaux pour encourager l'entrée de leurs enfants dans le monde des adultes. C'est notamment l'exemple du costume occidental pour les garçons qui sera utilisé pour le Seijin Shiki, mais également au cours des entretiens d'embauche et éventuellement en tant que tenue de travail.

 

 

seijin-no-hi-2.jpg

 

Merci de ne pas prendre ce texte sans mon consentement, celui-ci m'appartient.

_____________________________________________________________________________________________________________________________________

kitsukeblog.gif
© kitsuke.e-monsite.com - 2011-2014

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×