Miyamairi

miyamairi.jpg

 

miyamairi-1.jpgMoins connu, le miyamairi ou omiyamairi (初宮参り) qui signifie "visite au sanctuaire" est un rituel de passage pour les nouveau-nés que l'on peut comparer au baptême chrétien en Europe.

L'enfant âgé d'environ un mois (exactement 31 jours pour les petits garçons et 33 pour les petites filles) est emmené au sanctuaire Shintô par ses parents et sa grand-mère paternelle, pour que ces derniers puissent exprimer leur gratitude envers les divinités pour sa naissance. De nos jours, la grand-mère maternelle et même les grands-parents des deux côtés peuvent être conviés à l'évènement. 

Devant le bébé, le prêtre vêtu d'un karaginu récite une prière pour sa santé et son bonheur, tout en balançant de droite à gauche un tamagushi (branches de sakaki décoré). Il évoque dans sa prière le nom du nourrisson et des parents, sa date de naissance et l'adresse du domicile afin que les dieux dirigent leurs bonnes ondes vers la famille. Puis les parents et les grands-parents s'avancent afin que le prêtre agite le tamagushi sur eux. L'enfant est marqué à l'aide d'un pinceau d'une croix ou d'un kanji (tel que celui du chien 」) avec de l'encre rouge sur le front, pour montrer aux mauvais esprits qu'il est sous la protection des dieux. 

A la fin de la cérémonie, chaque personne adulte présente boit une coupe de sake dans un bol en bois rouge et des cadeaux sont donnés aux familles. Parmi eux, de nombreux petits objets qui sont ensuite accrochés aux cordes de l'ubugi : des jouets (tambours), des éventails emballés, des animaux en papier mâché ou encore des amulettes en tissu. Ces derniers apportent longévité à l'enfant, éloignant le malheur et l'infortune. Les grands-parents offrent aux parents une enveloppe qui contient de l'argent (himosen) afin de couvrir les frais de la cérémonie et la location des costumes. 

La photo souvenir est souvent prise devant les marches du sanctuaire avec la famille, les femmes à l'avant avec l'enfant et les hommes au second plan lorsqu'il y a plusieurs personnes. Elle peut cependant avoir lieu en studio avec les frères et soeurs ou le bébé seul sur un siège ou dans un landau.

Aujourd'hui, la plupart des miyamairi sont pratiqués entre un et trois mois après la naissance du bébé. Pour les sanctuaires les plus fréquentés, la cérémonie peut avoir lieu toutes les heures au cours du week-end. Plusieurs groupes d'une dizaine d'enfants sont ainsi constitués et passent l'un après l'autre devant le prêtre.

 

----Tenue des femmes, des hommes et de l'enfant

De manière générale, la mère porte un tsukesage avec kamon et la grand-mère un kurotomesode ou un iromuji. Plus rarement, elles mettent un costume occidental comme les hommes. L'enfant est quant à lui emmailloté dans une longue robe de baptême blanche avec par-dessus, un ubugi, un kimono plus grand qui sera réutilisé lors du shichi-go-san. Ce vêtement comporte des motifs porte-bonheurs et il est facile de reconnaître le sexe du bébé par sa couleur (grise, noire ou bleue pour les garçons et plutôt rose, rouge ou blanche pour les filles). Deux lanières cousues sur l'ubugi permettent à la mère ou la grand-mère de les nouer autour de ses épaules et de tenir l'enfant dans ses bras. Le costume du miyamairi est complété par des accessoires d'inspiration occidentale : un petit chapeau et / ou un col en dentelle avec broderies.

 

miyamairi-2-1.jpg

 

Merci de ne pas prendre ce texte sans mon consentement, celui-ci m'appartient. 

_____________________________________________________________________________________________________________________________________

kitsukeblog.gif
© kitsuke.e-monsite.com - 2011-2014

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site